Temple de la rue Brueys


Compte rendu du comité de quartier 4 septembre 2014

Compte-rendu de Clerondegambe de la réunion du 4 sept 2014
à propos du projet de Pôle de services Gambetta-Brueys.

Présents : Les copropriétaires du 2 rue Brueys, des adhérents de Clerondegambe et de Pavé, l’association des commerçants de Gambetta, des membres de l’association cultuelle protestante ACERB, le représentant de la Fondation du protestantisme, le directeur de Gammes
 
Bref historique du projet :

Cela fait plusieurs années que la transformation de l’ilot autour du Temple de la rue Brueys fait l’objet de projets de réaménagement : 

En 2006 un premier projet immobilier de bureaux porté par la société PRAGMA a été refusé.
En 2010 un projet culturel porté par l’ACERB (Association cultuelle de l’Eglise réformée de la rue Brueys) n’a pas eu de suite.
En 2013 le projet de pôle de services dont la Fondation du protestantisme est le maître d’ouvrage et qui a obtenu un permis de construire en mars 2014
 
Le compte-rendu ci-dessous est un résumé des discussions présenté selon les 3 principaux points de ce projet qui font débat :
 
L’aspect architectural :

La première interpellation du comité de quartier Clerondegambe par les riverains de la rue Brueys concerne la hauteur du projet immobilier. 
Le Plan local d’urbanisme précise que le Temple se situe dans une zone n’autorisant pas une surélévation ; cependant le projet architectural du bâtiment, tel qu’il est envisagé par les promoteurs, le transformerait en R+4. L’impact sur les appartements voisins serait important au niveau de la vue et de la luminosité notamment.

Les riverains de la rue Brueys, après une demande de recours gracieux auprès de la mairie de Montpellier, font un recours contentieux au Tribunal administratif.

L’esthétique du projet est également mise en question notamment quant au choix des matériaux prévus. Les exigences demandées aux propriétaires de Gambetta et des rues avoisinantes en matière de portes, de fenêtres, façades (notamment sur l’utilisation de matériaux nobles), n’ont semble-t-il pas été appliquées à ce projet d’où le sentiment de « deux poids deux mesures ».

La position des membres de Clerondegambe et des riverains qui se sont exprimés est plutôt critique vis-à-vis de l’esthétique du bâtiment et de ses dimensions (hauteur, volume) qui impacte le paysage architectural du faubourg. L’architecture de ce projet pourrait créer un précédent dans le non respect de certaines normes exigées jusqu’à présent.
 
L’aspect patrimonial :

Le temple de la rue Brueys se situe dans la ZPPAUP, Zone de Protection du Paysage Architectural Urbain et Paysager. Il est inscrit depuis 1986 à l’inventaire général du patrimoine culturel.
Ce bâtiment est un ancien manège de l’Armée, du temps où le faubourg était un quartier de casernes. Réaménagé en Temple protestant en 1882, il a conservé son architecture originale. Il est considéré comme un des rares lieux de mémoire de l’histoire protestante de Montpellier encore en place. Ce Temple fait ainsi l’objet de prescriptions particulières recommandant sa « Conservation » et sa « Restauration » dans la fiche qui lui est dédié dans le cadre de La ZPPAUP.

Le projet de Pôle de services, tel qu’il est prévu actuellement dans le permis de construire, envisage la démolition du Temple. Seules 2 façades côté Gambetta et côté rue Brueys seraient maintenues. 

L’ACERB Association cultuelle de l’Eglise réformée de la Rue Brueys annonce avoir engagé un recours contentieux auprès du Tribunal administratif.

La position des membres de Clerondegambe et des riverains présents à la réunion va majoritairement dans le sens d’un souhait d’un réaménagement du projet immobilier qui préserverait le Temple, sa fonction cultuelle et culturelle, ainsi que sa valeur patrimoniale, témoignage de l’histoire militaire et religieuse du quartier. Le non respect de la ZPPAUP à l’égard du Temple serait susceptible de créer un précédent, qui pourrait rendre plus difficile la protection d’autres immeubles inscrits dans le faubourg.
 
L’aspect social

Le comité Clerondegambe a tenu à rappeler son attachement aux valeurs portées par GAMMES au sein du quartier. Notre association bénéficie régulièrement du local de PAUSE pour ses réunions ; ALISE participe chaque année au « Village Urbain » notre forum associatif de quartier au Parc Clemenceau. Le Comité de quartier réaffirme avec force que les structures d’accueil et la solidarité font partie intégrante de l’identité du faubourg.

Le directeur de Gammes explique que le projet Gambetta-Brueys est un pôle de services en 2 parties qui prévoit :
-  Une résidence sociale : 24 logements accueillant des femmes isolées avec enfants dont le suivi serait assuré par Gammes et le Conseil général.
-  Une pension de famille de 50 logements avec des personnes en situation de handicap suivi par une autre structure dont le choix n’est pas arrêté.

L’association des commerçants de Gambetta a exprimé des craintes devant l’afflux supplémentaire de personnes en difficulté, dans des rues, où stationnent déjà beaucoup de monde, occasionnant certaines nuisances. 

Le nouveau projet ne prévoit pas de structure d’accueil supplémentaire pour ces personnes qui bénéficient actuellement de certains espaces. 
Les riverains de la rue Brueys regrettent à ce propos la disparition, dans le projet architectural tel qu’il est défini, de la petite cour arborée qui sert de lieu de repas collectif hebdomadaire aux personnes accueillies par Babel Café une association d’entraide protestante.

Les adhérents de Clerondegambe présents relayent l’inquiétude d’un traitement « quantitatif » des problèmes sociaux au détriment d’une prise en charge mieux répartie sur l’ensemble de la ville au sein de structures plus réduites et mieux intégrées. Le constat signale également le manque d’équipements publics (places, jardins, bancs…) et/ou scolaire (crèche intégrée, locaux de soutien scolaire…) pour l’accueil nécessaire d’un nombre croissant de personnes et de familles dans le quartier.
 
Les divergences et les convergences

Le comité de quartier, conscient des divergences qui existent au sein de l’Eglise réformée à propos de ce projet, souhaite rester en dehors de ces problématiques internes.

Le liquidateur de l’association immobilière reconnait que le permis de construire obtenu fait débat et considère que les préoccupations des voisins sont normales. Il exprime le souhait que les choses se règlent dans un cadre amiable et de courtoisie. 

L’expression des riverains , adhérents à Clerondegambe , non directement impliqués dans le projet, rejoint l’association cultuelle dans la reconnaissance d’une dimension patrimoniale du Temple, de son activité collective (culte, réunion, conférences, concerts…) et la volonté de sa préservation.

Le collectif des riverains du 2 rue Brueys tient à rappeler qu’ils restent ouverts au dialogue, comme le prouve le premier recours gracieux auprès de la Ville de Montpellier, mais que la création d’un immeuble à 5 niveaux ferait baisser considérablement leur qualité de vie et souhaitent voir le projet reconsidéré.

Le directeur de Gammes, rappelle que son association, historiquement issue de l’église protestante, s’est autonomisée mais a gardé des liens historiques avec le Temple. Il se dit prêt à discuter du projet social, mais assure que Gammes n’est pas seule partie prenante dans le projet architectural et dans la décision concernant la conservation ou non du Temple.

Perspectives

La réunion publique prévue début octobre 2014 avec les architectes et les porteurs du projet devrait permettre de prolonger la discussion autour du Pôle de services Gambetta-Brueys. L’ensemble des acteurs, les riverains et les associations sont engagés dans cette réflexion participative pour une intégration harmonieuse du projet social qui doit pouvoir se réaliser dans un respect du contexte historique et paysager du faubourg Gambetta-Clemenceau et pour un cadre de vie épanouissant pour tous les habitants (anciens et nouveaux) de ce quartier.

Portfolio

dimanche 8 février 2015

haut de page :: :: SPIP